Des ânes et des ados débroussaillent Gour-de-Coule

publié le 1 nov. 2010 à 02:58 par Didier RAMON
Une initiative particulièrement intéressante dans le Sud de la France : débroussailler avec des ânes... et des ados pendant les vacances de Toussaint.
Le ânes sont utilisés de plus en plus pour l'entretien d'espaces ou de plages.
Publié le lundi 01 novembre 2010 à 07H12 - Nice Matin

Durant ces vacances de la Toussaint, douze adolescents de 12 à 16 ans ont participé à un chantier bien singulier... Ils ont contribué à une opération de débroussaillement qui a mobilisé l'aide de trois ânes !
Toute la semaine dernière à Gour-de-Coule, les jeunes ont travaillé de concert avec les bêtes. Lesquels sont restées très concentrés sur leur travail... gourmand !

« Les mauvaises herbes les ânes adorent ! »

Ce débroussaillement à l'aide d'ânes présente « plusieurs avantages, d'après le responsable des espaces verts de la ville du Cannet, Patrice Miran. Tout d'abord, il est économique, car il revient à 16 centimes le mètre carré (contre 54 centimes pour une entreprise spécialisée). Il est sélectif, vu que les ânes mangent en priorité les végétaux les plus combustibles. Les mauvaises herbes, ils adorent ! Enfin, il est astucieux, étant donné que les bêtes ouvrent des éclaircies coupe-feu en piétinant sur l'herbe. » Le seul inconvénient, c'est l'obligation de « poser une clôture électrique mobile dans la zone de travail. » Histoire de couper l'herbe sous les pieds à toutes tentatives de fugues des animaux ! Une fois la parcelle débroussaillée, cette clôture est démontée et remontée sur une nouvelle zone de travail.

« Je ne veux pas être un âne »

Les ânes ingurgitent en moyenne 12 kg de végétaux par jour. En attendant qu'ils soient repus, les enfants ont, eux aussi, contribué au débroussaillement. Le regard et les gestes de l'homme, essentiels, parachèvent donc l'opération.
Leur cohabitation avec les ânes a été « une expérience très intéressante !, lance l'un d'entre eux. On a fait le ménage ensemble ! Plus tard, j'aimerais bien être payé juste pour manger ! Mais je ne veux pas être un âne, au sens propre comme au figuré ! » En contrepartie de leur travail, les ados ont profité d'activités gratuites. En plus d'avoir eu le plaisir de passer du temps avec d'adorables grosses peluches...

Frédéric Benkel
Comments