Webnet review‎ > ‎Ecologie‎ > ‎

Des toilettes sèches sur les sentiers

publié le 13 août 2010 à 01:57 par Didier RAMON   [ mis à jour : 13 août 2010 à 02:11 ]
La Réunion est un paradis pour les randonneurs. D'ailleurs en 2007, le centre de l'île est devenu Parc National, et en ce mois d'août 2010, La Réunion a vu son classement au patrimoine mondial.
Il restait une chose à corriger... permettre aux randonneurs d'avoir un certain confort...


Photo : Voilà ce qu’on pourrait trouver d’ici deux ans sur les sentiers de la Réunion. Des toilettes sèches auto-nettoyantes qui pourraient libérer la nature de déjections en tous genre.

Dans deux ans, l’ensemble des sentiers de la Réunion compteront bon nombre de toilettes sèches auto-nettoyantes, entièrement recouvertes de bois, intégrées au paysage. Voilà la belle ambition que porte Patrick Hoarau, ce professeur au lycée professionnel de Roches-Maigres (Saint-Louis).

L’idée a émergé chez lui il y a deux ans. Alors qu’il travaillait sur le patrimoine, il s’est intéressé à la problématique des réseaux d’assainissement pour les cases enclavées. “J’ai remué mes méninges. J’ai pensé à faire des toilettes sèches, mais il fallait mettre de la sciure de bois”, explique-t-il. Pas autonome donc, gênant à ses yeux, car contraignant pour l’utilisateur. Cette propriété va devenir le fil conducteur de sa réflexion. Jusqu’à ce que naisse un ingénieux système : “La personne n’a plus à intervenir, dès qu’elle ouvre la porte, la cuvette est nettoyée”.

En 2008, il est “surpris” d’obtenir un brevet auprès de l’INPI. Et en juin dernier, un premier prototype est inauguré au Dimitile. Depuis, il a apporté des modifications à son assemblage. “J’ai changé l’acier qui rouille par de l’alu qui reste intact”, explique-t-il. Désormais, ce randonneur invétéré compte bien développer son produit et faire en sorte qu’il jalonne les chemins de randonnée. Car il est passablement irrité de croiser les déjections humaines lors de ses balades en forêt. Un tel concept ne pouvait que taper dans l’oeil des collectivités qui semblent prêtes à s’en procurer. Cette étape ne pourra intervenir que l’an prochain. Une fois qu’il aura ficelé les dossiers pour une production en série, trouvé l’entreprise adéquate et des partenaires. Pour l’instant, il en est encore au stade artisanal. En tout cas, ce citoyen inspiré ne cache pas sa joie. “Dès que j’en parle à quelqu’un, il est conquis !”, lâche-t-il, tout sourire.

Source : http://www.clicanoo.re/11-actualites/15-societe/253637-des-toilettes-seches-sur-les.html
Comments