Movie

  • My name is Khan Réalisé parKaran JoharScénario deKaran JoharNiranjan IyengarShibani BathijaComédiensShahrukh Khan...Rizvan KhanKajol...Mandira KhanKatie Amanda Keane...Sarah GarrickKenton Duty...Reese GarrickBenny ...
    Publié à 5 sept. 2010 à 10:27 par Didier RAMON
  • Femmes du Caire RéalisationYousry NasrallahScénarioWahid HamidComédiensMona Zaki (Hebba)Mahmoud Hemida (Adham)Hassan El Raddad (Karim)Nahed El Sebaï (Hanaa)DistributeurPyramide Distribution (Distribution France)Lieux de tournageAlexandrie ...
    Publié à 4 sept. 2010 à 09:50 par Didier RAMON
Affichage des messages 1 - 2 de 2 Afficher plus »

My name is Khan

publié le 4 sept. 2010 à 09:42 par Didier RAMON   [ mis à jour : 5 sept. 2010 à 10:27 ]

Réalisé par
Karan Johar

Scénario de
Karan Johar
Niranjan Iyengar
Shibani Bathija

Comédiens
Shahrukh Khan...Rizvan Khan
Kajol...Mandira Khan
Katie Amanda Keane...Sarah Garrick
Kenton Duty...Reese Garrick
Benny Nieves...L’inspecteur Garcia
Christopher B. Duncan...Le Président
Jimmy Shergill...Zakir Khan
Sonya Jehan...Hasina Khan

Distribution
Twentieth Century Fox France : Distribution France
Fox Searchlight Pictures : Distribution USA

Site officiel

L'histoire

Rizvan Khan est un enfant musulman né en Inde et atteint d'une forme d'autisme (le syndrome d'Asperger). Sa maladie n'est pas diagnostiqué durant son enfance mais sa mère l'aide à surmonter son handicap, il révèle notamment des talents à réparer toutes sortes de mécanismes et fait preuve d'inventivité pour rendre la vie de ces semblables meilleures.
Son frère (Zakir), en partie par jalousie, décide d'émigrer aux USA.
La mère meurt. Rizvan, devenu adulte, part rejoindre son frère marié à une psychologue (Hasina).
Zakir dirige une entreprise de cosmétiques, il embauche son frère pour vendre en porte-à-porte les produits notamment dans les salons de coiffure. C'est dans un salon qu'il rencontre la belle Mandira, une mère célibataire hindoue, dont il tombe éperdument amoureux et avec qui il se marie.
Survient alors le 11 septembre et son cortège de paranoïa, d'incompréhensions et d'intolérances. De part le nom qu'elle porte désormais, le salon de coiffure prériclite. Le fils de Mandira qui a pris le nom de Khan, est pris à partie par les ados de son collège, la bagarre dégénère et il meurt en décembre 2007.
Mandira rend Rizvan responsable de la mort de son fils et le chasse. A la question "quand pourrais-je revenir ?" elle lui répond qu'il doit aller dire à tout le monde "My name is Khan, and I'm not a terrorist", le dire aussi au président des USA, après seulement il pourra revenir.
Rizvan, de par son handicap, prend au premier degré ce qui a été dit. S'engage alors pour Rizvan, pendant près d'un an, un périple et un parcours initiatique à travers les Etats-Unis afin de rencontrer le président.
Son handicap le rend suspect, Khan va se retrouver accusé d'être un terroriste. Exemple malgré lui d'une réalité qui dérange mais porteur d'un message de paix et d'amour, Khan va bouleverser la vie de ceux qui vont croiser sa route.

Personne n'oubliera son nom…

Femmes du Caire

publié le 31 août 2010 à 23:25 par Didier RAMON   [ mis à jour : 4 sept. 2010 à 09:50 ]

Réalisation
Yousry Nasrallah

Scénario

Wahid Hamid

Comédiens

Mona Zaki (Hebba)
Mahmoud Hemida (Adham)
Hassan El Raddad (Karim)
Nahed El Sebaï (Hanaa)

Distributeur

Pyramide Distribution (Distribution France)

Lieux de tournage

Alexandrie, Egypte
Caire, Egypte





L'Histoire

Le Caire, de nos jours. Hebba et Karim forment un couple de journalistes à succès, jeunes, riches et beaux. Hebba anime un talk-show politique, mais sa pugnacité anti-gouvernementale met en danger la promotion qu'attend son mari. Il lui met la pression ; elle promet de mettre un peu d'eau dans son vin. Son émission troque alors la politique pour des faits divers féminins. Le succès est immédiat : Hebba passionne des millions de spectateurs avec des histoires vraies, pleines de surprises, de violences, de rebondissements, les emmenant des bas-fonds du Caire à la jet-set, impliquant des membres du gouvernement, dans un tourbillon de sensualité et d'inventivité romanesque. Mais où s'arrête la politique, où commence la question de la condition féminine ? Hebba se retrouve très vite en terrain miné fait d'abus, de tromperies religieuses, sexuelles et... politiques. De conteuse, Hebba devient elle-même une histoire.


1-2 of 2